Je n’attache jamais mon cheval quand je le prépare

Cela fait longtemps que je voulais écrire cet article et partager mon point de vue avec vous  sur le fait d’attacher son cheval.

 J’aime lui apprendre à rester connecté avec moi. S’il est attaché je ne peux pas lire entièrement son message car il est entravé. Je le laisse s’exprimer avec ses oreilles, sa queue, son encolure, ses paupières, ses pieds, ses lèvres, ses yeux, qui sont pour lui un moyen de communication.

 Quand je suis avec mon cheval je suis pleinement consciente de ce que je fais. Je suis connectée et concentrée avec lui. Je profite de ce moment pour commencer ma séance et prendre contact avec lui.

Je pose la longe sur son encolure à portée de main dans un premier temps puis par terre. L’objectif est de le faire en liberté sans licol.

 Je lui apprends à rester immobile et à savourer ce moment d’intimité. Je suis attentive à ses signaux qui me sont adressés. Quand quelque chose le dérange ou au contraire lui plaît, je le sais tout de suite.

Je ne discute avec personne d’autre. J’ai éteint mon portable pour que personne ne me vole ce moment de partage si cher et important à mes yeux : un moment de reconnexion, de méditation.

 Mes affaires sont prêtes avant d’aller chercher mon cheval. Au fur et à mesure des séances, je m’éloigne de lui en le lui signalant, je le replace s’il bouge ou se déconnecte, et je le félicite ( gratouilles ou friandises) quand il reste immobile. Je favorise au maximum son autonomie. Je lui apprends que notre relation est importante et que je suis toujours là pour lui, pour le rassurer quand il le faut ou le reconcentrer si besoin.

Si mon cheval est attaché je passe à côté de tout cela et c’est bien dommage. C’est la même chose quand je lui apprends à être monté : personne d’autre que moi ne tient mon cheval. S’il ne veut pas rester avec moi à pied, alors il ne voudra pas non plus rester avec moi quand je serai sur son dos. Je ne veux pas qu’il cherche à s’enfuir, je préfère avoir un cheval consentant sans avoir besoin de moyens coercitifs pour l’obliger à rester avec moi.

À chaque instant je pense à mon cheval. Je veux qu’il passe un bon moment mais cela prend du temps, demande beaucoup de patience, d’humilité et parfois de remise en question.

La qualité de la relation passe avant toute autre chose.

COACHING A DISTANCE<<